topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

jeudi, 23 février 2012

2010: QUI A GAGNE????

QUI A GAGNE LES ELECTIONS PRESIDENTIELLES?

par Steve Beko


Que l'on soit LMP ou RHDP, force est de reconnaître que chacun défends sa position avec les arguments dont il dispose. L’honnêteté intellectuelle recommande cependant de reconnaître qu'aucune argumentation n'est infaillible. C'est pourquoi afin de rassurer les uns et les autres, le Président Laurent Gbagbo avait proposé le recomptage des bulletins pour départager les deux camps. Le camp d'en face lui avait répondu par des menaces d'invasion de notre pays.

Ce matin, je laisse à votre appréciation quelques morceaux choisis d'un entretien de Dramane accordé à la chaine de télévision française France 24, le 28 Novembre 2010 :


ADO : "Si la force est utilisée en Côte d`Ivoire, ce sera pour enlever Laurent Gbagbo. Ce ne sera pas une force contre les Ivoiriens ou contre la Côte d`Ivoire"

· La force a été utilisée par la suite et nous en connaissons les victimes

ADO : "Les risques de guerre civile que j`entends n`existent point du tout. Laurent Gbagbo peut nous épargner une action militaire, s`il revient à la raison. Il faut qu`il accepte de partir pour que la Côte d`Ivoire ne soit pas soumise à une telle situation" "Je pense qu`il sera responsable de la situation qu`il va vivre. Et l`intervention militaire ne veut pas dire que la Côte d`Ivoire sera embrasée"

· Que l’on nous explique comment près de 800 civils Wè ont pu périr à Duekoué puisqu’il n’était pas question de guerre civile.

A propos du recomptage des bulletins proposé par Laurent Gbagbo,

Dramane répondait : "il n`en est pas question". "Plus de 54% des Ivoiriens ont voté pour moi dans la transparence, des élections démocratiques, des élections qui ont été, à notre demande, supervisées par les Nations unies" "Laurent Gbagbo tente de gagner du temps, et tout le monde le sait. C`est tout simplement pour pouvoir recruter des mercenaires et des miliciens pour tuer des Ivoiriens, (...) pour exporter des valises d`argent dans certains pays amis"

· Nous sommes donc en face de deux méthodes pour le règlement d’une crise.

Qui de celui qui propose une solution d’arbitrage pacifique déjà utilisée sous d’autre cieux et celui qui la rejette est responsable de la suite douloureuse des événements ?


Pour l’histoire, pour la vérité, pour l’Afrique, pour les ivoiriens morts et déshonorés, nous exigeons le recomptage des voix