topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

lundi, 21 mai 2012

OU ETAIENT LE CNP ET EUGENE KACOU QUAND LES JOURNAUX DU RHDP ONT PONDU CES BRULOTS?

PAR FERNAND DINDE

http://regardscroises.ivoire-blog.com/archive/2011/09/25/ou-etait-le-cnp-et-eugene-kacou-quand-les-journaux-du-rhdp-o.html

 

 

 

UNE DE LE PATRIOTE.jpg

 

Lire la suite

mercredi, 09 mai 2012

La résolution Scélérate: 1975 de l'ONU

Voici le texte intégral de la résolution scélérate 1975 de l'ONU adopté à l'unanimitié concernant la crise politique en Côte d'Ivoire. que sarko a détourné pour bombarder la présidence, la RTI, tous les camps militaires ivoiriens, mener une guerre sans merci depuis les zones de tampon jusqu'Abidjan pour installer dramane au pouvoir

 

Lire la suite

Sarko parti, bon débarras!Tu ne seras pas regretté!

Ce que j’ai vu et vécu
j’ai vu un homme sarko, prendre la décision unilatérale (la résolution 1975 de l’ONU en toute objectivité ne sarko,sarkozy,dramane,gbagbo,paul yao n'drédonnait pas caution) de bombarder mon pays et tuer par ce fait des amis des parents
j’ai vu une puissance étrangère intervenir militairement dans un contentieux électoral qui ne nécessitait pas une guerre
j’ai vu un homme sarko mettre à la disposition de son ami les moyens diplomatiques et militaires d’une puissance étrangère,
parce qu’il en avait les moyens. J’ai vu le soutien personnel d’un homme à son ami !

Lire la suite

lundi, 09 avril 2012

Il y a un an

09 avril 2011

à 09h00 environ un ami m'appelle et m'informe que sococé est ouvert. il faut savoir que depuis les bombardements français du 04 avril, tout Abidjan est traumatisé chacun est resté terré chez lui. alors après 5 jours les provisions sont sérieusement entamées. Je reçois donc ce coup de fil comme une bouffée d’oxygène.

 

Lire la suite

vendredi, 09 mars 2012

Dramane ou la sécheresse des milliards

Sous Gbagbo
(Modeste prof d'histoire, fils de feu Koudou Paul, un inconnu en somme)
 La Cote d'Ivoire avait: 1323 communes.
 Budget ou gain pour la population= 396,9 milliards de FCFA
(sur base de 300 millions de fcfa de subvention de l’état par commune)

Sous dramane (le banquier international, économiste de la communauté internationale, le seul qui a un PHD sur terre, celui qui a relevé l’économie de 100 pays, qui est à la tête de 15 pays à ce jour, celui qui a des relations, et qui sait où trouver de l'argent ...et j'en passe):
la Cote d'Ivoire connaît
 suppression de : 1126 communes. dramane ne pouvant gerer que 197 commune restantes.
 Perte sèche pour la population: 337,8 milliards de FCFA.

Alors question:
entre l'historien inconnu et le banquier de la communauté internationale
Lequel fait pleuvoir les milliards et lequel produit un désert de milliards?

Avec 1323 commune Gbagbo n'avait aucune inquiétude quant à l'organisation des municipales. Mais comment s'organisait-il? comment comptait-il financer tout ça?

Comment se fait-il que dramane qui a dit savoir où trouver l'argent, se montre incapable de financer les municipales et cache son incompétence par la suppression des communes? Avec le chirurgien dramane la solution est simple: COUPER COUPER ET COUPER.

Dramane ne trouve pas d'argent pour payer le personnel de la présidence? solution: couper! allez on vide tout ce beau monde  jetez les dehors!

dramane ne sais pas comment financer les conseils généraux: on supprime tout plus de conseils généraux.

dramane ne sait pas comment financer les chantiers de Yamoussoukro? solution:  il arrête tout, le transfert de la capitale est suprimé!

dramane ne sait pas comment payer les fonctionnaires? Il les licencie.

Finalement alors que Gbagbo trouvait l'argent pour financer tous les chantiers, financer les conseils généraux, les communes, payer les fonctionnaires, payer la dette extérieure et la dette intérieure, payer le personnel de la présidence, financer le transfert de la capitale à yakro, etc etc...

dramane fait exactement le contraire, il suprime, licencie, pour faire des économies là ou il n'a pas créé de richesses sauf à prendre des dettes à tour de bras.

Et si finalement toutes les economies que dramane fait par ses coupes c'était juste pour financer la campagne de son ami sarko, et distribuer à tous ceux qui depuis 99 financent sa campagne meurtrière contre la Cote d'Ivoire?

 

jeudi, 23 février 2012

TRIBALISME ET DISCRIMINATION EN CI

Le tribalisme du régime dramanique qui se  chuchotait à voix basse en CI

n'est plus un sujet tabou depuis qu'en janvier dernier dramane himself, l'a qualifié de rattrapage.

Lire la suite

mercredi, 30 novembre 2011

Dr. Gary K. Busch: Le CFA sera dévalué le 1er janvier 2012. Ouattarra pointé du doigt! mardi 29 novembre 2011


 

 

 

 

 

 

 

29/11/2011

PAR DR. GARY K. BUSCH, AUTEUR ET ANALYSTE POLITIQUE, SCRIBE STRATEGIES & ADVISORS (UK)


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous y revoilà! Le CFA sera dévalué le 1er janvier 2012 selon des sources crédibles ouest africaines. Cela a déjà eu lieu, avec des conséquences désastreuses. Le 12 janvier 1994, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Tchad, le Centrafrique, les Comores, le Congo-Brazza, la Côte d’Ivoire, la Guinée équatoriale, le Gabon, le Mali, la Mauritanie, le Niger, et le Sénégal ont été informés que leur monnaie commune, le franc CFA, avait été dévalué de 50%. Désormais, le franc français ne coûtait plus 50 francs CFA, mais plutôt 100 francs CFA. Les réactions des Africains à l’annonce de la perte de 50% de leur pouvoir d’achat furent violentes dans de nombreux pays de la zone CFA, particulièrement au Sénégal. Aujourd’hui, ces réactions seront encore plus violentes puisque les coûts mondiaux exorbitants des denrées alimentaires, payés en dollars américains, demeureront hors de portée pour la plupart des Africains de la zone CFA, simple petits manœuvres, agriculteurs, fonctionnaires ou chômeurs pour la plupart.

La responsabilité de ce désastre imminent incombe à la France, qui a failli dans la gestion de sa dette structurelle à long terme, et qui a utilisé ses réserves pour soutenir l’euro en chute et pour participer à plusieurs opérations de sauvetage au sein de la zone euro. Les guerres menées par la France contre la Côte d’Ivoire et particulièrement contre la Libye ont aussi causé d’énormes brèches dans l’économie française. Les partenaires africains domestiqués de la France, les présidents des états d’Afrique francophone, sont complices dans ce projet de dévaluation et continuent de suivre aveuglément la voie dictée par leurs maîtres français et par l’armée française. Cette relation est paradigmatique de la longue histoire coloniale.

Qu’est-ce que le franc CFA?

 

Lire la suite

12:03 Publié dans A la Une | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cfa, bceao, dramane, sarkozy, gbagbo

Ouattara enterre la réconciliation nationale

Dominique Donen http://www.notrevoie.com/a_la_une.asp?id=42175
Le régime Ouattara aura tenu jusqu’au bout la main de fer face au camp Laurent Gbagbo. En signifiant hier un mandat d’arrêt de la cour pénale internationale (Cpi) à l’ancien chef de l’Etat, les nouveaux maîtres d’Abidjan ont fini par convaincre plus d’un sur leur volonté de régler leurs comptes aux adversaires d’hier. Mais disons le tout net, le transfèrement Laurent Gbagbo à la Cpi pourrait avoir des conséquences graves pour la réconciliation nationalement. Une réconciliation pourtant annoncée à grandes pompes et qui fait partie des principaux chantiers du président Ouattara. Les millions d’Ivoiriens qui croient en Laurent Gbagbo pourront-il encore croire et s’impliquer dans la réconciliation pour laquelle une commission nationale a été créee et confiée l’ancien premier ministre Charles Konan Banny pendant que leur leaders est à la Cpi? Il ne faut surtout pas se leurrer. Tous les acteurs et observateurs de la crise ivoirienne savent qu’il ne peut y avoir de réconciliation en Côte d’Ivoire sans Laurent Gbagbo. Même ceux qui n’ont jamais porté le président déchu en estime reconnaissent qu’il reste incontournable dans la vie politique nationale. En clair, Laurent Gbagbo dans les geôles de la Cpi, loin des frontières ivoiriennes signifie simplement la mort du processus de réconciliation nationale qui avait cristallisé tous les espoirs de paix et de reconstruction du tissu social après la guerre postélectorale.
Comment pouvait-il en être autrement quand on sait que Laurent Gbagbo constitue une vraie icône, un leader populaire qui porte les espoirs de millions d’Ivoiriens et d’Africains. Le combat qu’il mène contre l’impérialisme occidental et pour la dignité de son peuple lui a conféré un statut de héros national. Son engagement pour la liberté et la dignité de l’Afrique lui a valu l’estime de millions d’Africains qui restent très préoccupés par la situation en Côte d’Ivoire. Il n’y a qu’à voir le vague de manifestations d’Africains réclamant la libération du président Gbagbo à travers le monde pour se faire une idée de la place importante qu’occupe l’ancien chef d’Etat dans les esprits.
Il faut le reconnaitre, Laurent Gbagbo est un digne fils de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique qui ne mérite pas un traitement aussi dégradant. Il s’est humilié, tout le long de son mandat pour trouver des solutions négociées à la crise qui mine son pays depuis une décennie. L’ex-chef de l’Etat, profondément attaché à la paix et à la démocratie a ouvert grandement ses bras à son opposition civile et armée avec pour seul objectif la paix et la réconciliation. Son transfèrement dans une prison créée par les puissances occidentales pour juger les dirigeants africains insoumis ne peut que susciter la désolation et l’indignation chez tous les démocrates du monde entier et particulièrement dans le cœur des Patriotes ivoiriens. L’option douloureuse de la Cpi prise par le régime Ouattara avec la bénédiction des soutiens occidentaux risque de porter un coup fatal à cette réconciliation nationale que tous les ivoiriens appellent de leurs vœux. Et ce sera bien dommage.

Jean Khalil Sella

www.notrevoie.com

Peut-on encore parler de justice en Côte d’Ivoire?

 

 

30/11/2011

PAR MARC MICHAEL


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«(…) est-ce qu’on peut parler encore de justice dans cette affaire?… ». Ce sont des propos, rapportés par un quotidien proche du pouvoir Ouattara et qu’aurait tenu le ministre Kata Kéké, lors de la cérémonie de réception organisée en l’honneur des prisonniers politiques de Ouattara, fraîchement libérés. Ces propos attribués à Kata Kéké, ont tant et si irrité le régime d’Alassane Ouattara, qu’ils ont valu à ce ministre de la république une seconde arrestation. Mais Kata Kéké n’est ni le premier et ne sera certainement pas le dernier à subir le courroux d’un régime qui a visiblement du mal à supporter les critiques faites à son endroit.

Lire la suite