topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mardi, 24 janvier 2012

BARBARIE DE DRAMANE

casseurs-rdr.7.PNG

 

Lundi 23 janvier 2012

Source: http://www.cotedivoire-lavraie.fr/article-les-details-d-u...

A défaut de faire annuler l’évènement, le pouvoir Ouattara cherchait la «solution» pour réprimer et disperser le meeting du Fpi en se dissimulant. Mais il n’a pas changé son mode opératoire, c'est-à-dire la violence. Ainsi, le plan arrêté par le parti d’Ahmed Bakayoko, ministre de l’Intérieur, a été d’acheminer des hordes surexcités de jeunes parfois sous l’emprise de drogues et armés de machettes, de couteaux et de gourdins, pour agresser les militants du Fpi. du siège du Rdr à Wassakara et du quartier Port-Bouët 2. Ces agresseurs étaient encadrés par des escouades entières de Frci en civil armés de pistolets automatiques et d’explosifs lacrymogènes. Tout ce beau monde était couvert par les Forces de l’Onuci qui faisaient semblant de «sécuriser» la manifestation, alors qu’elles participaient à la perturbation et la répression déguisée du meeting.



https://www.facebook.com/media/set/?set=a.240339719375395...

 

L’Onuci a cautionné le plan d’attaque contre les militants du Fpi qui manifestaient pacifiquement. La preuve, vers 11h, lors que le top départ des troubles fomentés par le pouvoir a été donné, on a vu les soldats onusiens échanger des clins d’oeil complices avec les agresseurs, avant de commencer à se retirer dès que ceux-ci ont commencé à jeter, dans un premier temps, des pierres sur les manifestants. (Voir images ci-dessous)

casseurs-rdr.PNG

Des partisans de Ouattara face à des policiers désarmés


casseurs-rdr.2.PNG

casseurs-rdr.3.PNG

casseurs-rdr.4.PNG

figgayo-21-01-12.8

figgayo-21-01-12.7

Des miliciens pro-ouattara armés de gourdins, de pierres et de pistolets

se déchaînent contre les militants du Fpi

 

Les membres de la direction du parti et leurs véhicules ont été pris pour cibles par les militants du Rdr déchaînés et les éléments déguisés des Frci. Lesquels ont balancé des explosifs lacrymogènes aux alentours de la place Ficgayo pour indisposer et déstabiliser les manifestants. Puis, des détonations de tirs d’armes automatiques ont déchiré l’air.

 

 

Le pouvoir a ordonné aux agresseurs d’encercler le lieu du meeting pour attaquer. Chose curieuse, les éléments de la police, venus assurer le maintien de l’ordre, ne disposait d’aucune d’arme conventionnelle pour effectuer leur mission. Si bien que les fauteurs de troubles ont pu les narguer, au nez et à la barbe des soldats onusiens qui ont mystérieusement disparu au moment où l’on attendait qu’ils sécurisent les lieux. Donnant carte blanche aux agresseurs.


Les conséquences de cette barbarie :

 

casseurs-rdr.6.PNG

casseurs-rdr.5.PNG

Barbarie-Rdr-yopougon.PNG

Barbarie-Rdr-yopougon.2.PNG

 

Heureusement, grâce au bon sens du comité d’organisation et aux appels au calme, les militants Lmp se sont mis au-dessus de la provocation. Pour éviter que les actes d’agression et de vandalisme des militants du Rdr et des Frci en civil ne soient présentés comme «des troubles à l’ordre public perpétrés par le Fpi», la direction du parti a fait évacuer la place Ficgayo. Mais déjà, l’essentiel était fait. C’est-à-dire une démonstration de force par une mobilisation exceptionnelle, en pleine dictature. Une preuve de courage et de détermination.

 

K.K.M du journal « Le Temps »

Les commentaires sont fermés.