topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mardi, 29 mars 2011

POUR PORTER SECOURS AUX REBELLES

Pour porter secours aux rebelles / La France veut interdire les armes lourdes aux FDS à Abidjan
Publié le samedi 26 mars 2011 | Notre Voie


Crise post-électorale 2011
La France ne supporte plus les nombreux revers de ses bras armés face aux Forces de défense et de sécurité ivoiriennes (Fds) dans la crise post électorale qu'elle a créée de toutes pièces en Côte d'Ivoire. Elle a alors décidé de passer la vitesse supérieure. Le dictateur Nicolas Sarkozy vient, en effet, de déposer au Conseil de sécurité de l'Onu à Bruxelles un projet de résolution en vue de faire cesser les tirs à l'arme lourde à Abidjan. Ce projet, selon l'Agence France presse, vise particulièrement les partisans du président Laurent Gbagbo déclaré élu par le Conseil constitutionnel. "C'est un scandale qu'on tire à l'arme lourde à Abidjan. Il faut au minimum déclarer qu'Abidjan soit interdite aux armes lourdes. La France a déposé une résolution au Conseil de sécurité en ce sens, car il serait choquant d'occulter le drame vécu par la population d'Abidjan". Tels sont les propos du représentant français à la presse à l'issue d'un sommet des dirigeants des pays de l'Union européenne à Bruxelles et dont l'Afp n'a pas indiqué le nom. Mais peu importe, l'essentiel a été dit. On peut utiliser partout ailleurs en Côte d'Ivoire des armes lourdes, sauf à Abidjan. Comme si, à l'intérieur du pays, ne vivent pas des êtres humains qui ont droit à la vie si tant est que la France est préoccupée par les Droits de l'Homme. Une telle proposition venant de la France est un aveu de taille. La France se dévoile au grand jour en ce qu'elle est pour la guerre en Côte d'Ivoire tant qu'on pourra utiliser les armes légères. Si telle n'était pas son objectif, la France aurait simplement demandé à l'Onu de s'interposer clairement entre les forces belligérantes pour mettre fin à la guerre.


Mais pourquoi est-ce à Abidjan que la France cherche à interdire aux Fds l'utilisation d'armes lourdes face aux attaques ennemies ? La réponse est toute simple. La France veut permettre aux rebelles d'atteindre et contrôler les points stratégiques de la capitale économique ivoirienne. On connaît le plan du dictateur Sarkozy qui ne cache plus sa haine pour le chef d'Etat ivoirien Laurent Gbagbo.
Si donc la résolution telle que proposée par la France passait comme lettre à la poste, les Ivoiriens devront surtout retenir que l'Onu, elle-même, est pour la guerre en Côte d'Ivoire. Chose qui contrasterait avec sa mission première qui est le maintien de la paix dans le monde. Cela donnerait surtout raison à ceux qui ont toujours soutenu que l'Onu et la France sont à la solde de la rébellion armée ivoirienne entretenue par Alassane Dramane Ouattara. Parce qu'il aura fallu que le camp Ouattara se plaigne cette semaine de ce que la riposte des Fds aux assauts répétés des rebelles lui est défavorable pour que l'Onu et la France se rangent tout de suite de son côté sans chercher à savoir où se trouve la vérité. Car aussi longtemps que son "Commando invisible" pouvait, à l'aide de ses lance-roquettes, tuer des agents des forces de l'ordre dans l'exercice de leur fonction ou ôter la vie à d'honnêtes citoyens, la France pouvait fermer les yeux et ne rien dire. Un lance-roquette n'étant pas une arme lourde pour elle Il s'agit, à bien y regarder, d'un coup préparé pour qu'une telle résolution soit prise contre l'armée ivoirienne. Parce que c'est l'Onuci qui à forcer de diffuser à longueur de journées des messages appelant à la guerre civile en Côte d'Ivoire, a fini par créer la psychose au sein de la population ivoirienne. Cette mission des Nations unies en Côte d'Ivoire a été suivie la semaine dernière par le fameux " commando invisible " d'Alassane Dramane Ouattara qui distribuant des tracts, menaçait de bombarder les populations Abidjanaises. On découvre aujourd'hui le complot à travers les déclarations du le Haut commissariat aux réfugiés (Hcr) quand il parle de plus d'un million de déplacés qui ont fui les bombes à Abidjan. Parce que là n'est pas sa mission. Car c'est à l'Office international de l'immigration qu'il revient de s'occuper des déplacés. Le Hcr est donc pris en flagrant délit de faire la politique. Soit dit en passant. Et pour parachever le coup préparé, l'ambassadeur de France aux Nations unies n'a plus qu'à dire que tous les ingrédients d'une guerre civile sont réunis en Côte d'Ivoire.

Robert Krassault
ciurbaine@yahoo.fr

AUTRE ARTICLE SUR LE MEME SUJET

Publié le lundi 28 mars 2011 | Notre Voie

Projet de résolution sur les armes lourdes à Abidjan : L’ONU va-t-elle encourager la guerre ?
C’est le cas de le dire. La France soutient et encourage la guerre en Côte d’Ivoire. Vendredi, le monde entier a été informé que Paris et Abuja s’apprêtaient à déposer un projet de résolution sur la table de l’ONU pour interdire aux Forces de défense et de sécurité de Côte d’Ivoire, l’utilisation des armes lourdes à Abidjan dans la guerre que leur mènent les rebelles de Ouattara avec des armes lourdes. Ce projet n’est pas encore passé au Conseil de sécurité de l’ONU parce que certains pays membres le trouvent trop partial et irresponsable.
D’abord parce que si l’ONU a la possibilité d’interdire l’utilisation des armes lourdes dans une guerre, c’est qu’elle peut mettre fin à cette même guerre. Pourquoi donc, au lieu d’appeler les belligérants immédiatement à la trêve, à la cessation des hostilités pour donner une chance à la paix avec le Haut Représentant qui vient d’être nommé, le projet de résolution choisit plutôt d’encourager la guerre ? Tel que libellé, le projet est entièrement pour que la guerre se fasse mais avec d’un côté (rebelles) les armes lourdes et de l’autre (FDS), les armes légères. C’est véritablement un projet irresponsable qui ne devrait pas emporter l’adhésion des membres du Conseil de sécurité qui ont encore en mémoire, la controverse née de la dernière résolution qu’ils ont prise sur la Libye. Par ailleurs, comment peut-on accepter qu’une instance mondiale créée pour faire et protéger la paix puisse faire totalement le contraire en encourageant et en soutenant la guerre dans un pays tiers ?
Ce que l’on note aussi dans ce projet de résolution, c’est que la contrainte qu’il veut imposer ne s’applique qu’aux seules FDS. Pourquoi interdire l’utilisation des armes lourdes aux FDS et pas aux rebelles qui attaquent tous les jours les positions des FDS qui ne font que répliquer ? N’est-ce pas une façon très claire de désarmer les FDS pour permettre aux rebelles d’aller en roue libre au palais présidentiel ? Ce projet est assurément inique.
Mais il pousse le cynisme plus loin pour dire que cette interdiction ne concerne que Abidjan. Parce que c’est à Abidjan que se trouvent les institutions de la République après lesquelles courent Ouattara et son clan. Les desseins de ce projet de résolution ne sont pas du tout cachés. Ils sont très explicites : affaiblir les FDS à Abidjan et offrir un boulevard à la rébellion pour prendre Abidjan. C’est trop facile ! Et les membres du Conseil de sécurité ne devraient pas marcher dans cette combine dont le seul but est d’embraser la Côte d’Ivoire qui veut la paix. Répétons-le. Les Ivoiriens veulent la paix, ils ne veulent pas de guerre parce qu’elle ne leur apportera rien, bien au contraire !
Maintenant que la France a montré qu’il est possible d’obtenir par le biais de l’ONU l’interdiction d’utiliser les armes lourdes, il serait intéressant que les membres du Conseil poussent la réflexion un peu plus loin pour imposer aux deux camps, la fin des hostilités et commencer les négociations inter-ivoiriennes avec le Haut Représentant que vient de nommer l’Union Africaine.
D’ailleurs, pensons-nous, la première des choses que ce Haut Représentant devrait demander et arracher aux belligérants, c’est un cessez-le-feu immédiat pour sauver la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens qui n’ont pas besoin de ce qui leur arrive. Votre Excellence, faites la proposition du cessez-le-feu immédiat avec signatures des chefs des deux armées. Vous aurez le soutien sans faille des Ivoiriens.

Abdoulaye Villard Sanogo

 

Les commentaires sont fermés.