topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

vendredi, 24 décembre 2010

Declaration du Ministre Mel Théodore UDCY

Declaration du Ministre Mel Théodore UDCY

APPEL AUX IVOIRIENS
De MEL EG Théodore
Président de l’Union Démocratique et Citoyenne (UDCY)
 
Sommes-nous toujours des frères ?
     Gloire et Honneur au Dieu Créateur de notre Pays

 
Chers compatriotes,
 
Telle est l’interpellation que soumet à nos consciences respectives la fâcheuse tournure que tend à prendre la vie politique chez nous.
Nous voici en effet devant une nouvelle crise ouverte. Une crise qui a pour caractéristique d’avoir été annoncée par toute la presse. Sans doute parce qu’elle a été préméditée jusque dans ses moindres détails. Certainement parce que derrière le caractère institutionnel que revêt cette crise, d’aucuns voudraient nous conduire dans une impasse totale afin de mieux justifier, le moment venu, l’ouragan qu’ils ont promis à notre pays, notre Côte d’Ivoire à tous.
 
Je dis « notre Côte d’Ivoire à tous », si, bien entendu, nous sommes toujours des frères.
Beaucoup a été dit sur les dernières élections et le débat continue encore. Mais le témoin que je suis, d’un passé récent, m’oblige à livrer le point de vue de mon Parti, l’UDCY.
 
L’Accord de Linas-Marcoussis a considéré la loi relative à la CEI comme un « progrès significatif pour l’organisation d’élections transparentes ». C’est pourquoi, il a simplement été suggéré un réaménagement de la composition de la commission centrale et du bureau de la CEI dans le sens d’une meilleure représentation des partis politiques. Or le fait que les mouvements rebelles soient représentés à la CEI était une entorse à cette loi, un marché de dupes car il faut savoir que la loi à laquelle référence fut- faite, ne s’adresse en réalité qu’aux mouvements politiques. La rébellion armée n’est pas un mouvement politique et elle aurait du en être écartée. Le Président Gbagbo a « avalé » cette couleuvre, persuadé que la solution au désarmement passait par ce compromis.
 
Oui, je voudrais le dire haut et fort afin que personne n’oublie, le bureau de la Commission Electorale Indépendante (CEI) n’a rien d’une institution indépendante et équitable  dans la mesure où ceux qui ont pris la lourde responsabilité de ce qui a tout d’une forfaiture, ne se sont embarrassés d’aucune considération pour le peuple de Côte d’Ivoire, pour vous et moi.
Le MPCI, le MJP et le MPIGO (mouvements rebelles) ont six (6) sièges associés au RHDP (PDCI, RDR, UDPCI et MFA) huit(8) sièges ; le PIT deux (2) sièges, le FPI deux (2) sièges, l’UDCY deux (2) sièges, les Institutions républicaines deux (2) sièges. Soit au total :
-       LMP                         4
-       INSTITUTIONS       2
-       RHDP                       8
-       REBELLES                6
-       PIT                           2
Soit                          22 commissaires
 
Le Président de cette « côte mal taillée » est du RHDP : Bakayoko Youssouf.
 
1-    Comment la dite « Communauté International » peut-elle feindre d’ignorer qu’une telle composition non équitable (16/6) soit digne de confiance pour tout ivoirien ayant vécu les affres de la rébellion armée, associée au vu et au su de tous au RHDP dans le fameux « G7 ».
2-       La communauté Internationale devrait relire l’accord qu’elle a endossé à Kleber : « L’accord de Linas Marcousis » qui stipule en son point 3) : « La Table Ronde réaffirme la nécessité de préserver l'intégrité territoriale de la Côte d'Ivoire, le respect de ses institutions et de restaurer l'autorité de l'Etat… ».
3-       Par ailleurs, le même accord réaffirmait dans ses annexes au point II-: « (le Gouvernement) prendra toute mesure permettant d'assurer l'indépendance de la justice et l'impartialité des médias, tant en matière de contentieux électoral que de propagande électorale. »

En l’espèce, les concepts de respect des institutions et d'autorité de l'Etat, d'indépendance de la justice en matière de contentieux électoral fondent la souveraineté d’un Etat, ici et ailleurs. Ils deviennent soudainement vides de sens donc sans valeur lorsqu’ils ne servent plus les intérêts des maîtres qui s’empressent de les jeter aux orties.
 
Or, ce qui arrive aujourd’hui avec la CEI, et qui arrivera demain avec autre chose, montre que cette Communauté Internationale a décidé de sceller le sort de la Côte d’Ivoire, quoi qu’il advienne, dans un statut de vassalisation, (nouvelle forme de colonisation) à défaut d’avoir réussi à la mettre sous tutelle par le passé :
Proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle, hors délai, en dehors de son siège, et hors la loi : au QG du Candidat adverse.
 
Ce qui arrive aujourd’hui conduit inexorablement notre nation aux portes du chaos, tant ce sinistre théâtre s’est déroulé selon une mise en scène inédite, minutieusement chronométrée et habilement exécutée ; un « chef d’œuvre ».
Ce qui arrive aujourd’hui n’est plus un problème juridique, car les juristes abondent dans les pays et les institutions qui exécutent cette mise en scène. Certains ont même été nos enseignants. Ils sont devenus soudainement analphabètes, sourds et aveugles et muets.
En fait, le droit devient à « densité variable », plus l’on se rapproche des tropiques.
Ce qui arrive aujourd’hui est bien plus un problème d’éthique internationale : un complot.
 
Le partage géostratégique du monde par les puissances dominantes du siècle présent ne s’accommode pas des velléités d’indépendance des Etats pourvoyeurs de matières premières.
C’est à cette fin que le droit et les institutions peuvent être bafoués dans nos pays pauvres ; les médias étrangers étant chargés de salir notre image et de déformer à coups de contre-vérités, les hauts faits de toute lutte légitime d’un peuple qui refuse d’être vassalisé.
Les « moutons de panurge » pensent-ils sont légion en Afrique et ils peuvent être sacrifiés sans rien changer à la marche du Monde ! Erreur grotesque !
 
Frères et sœurs,
Vivre ensemble dans un pays exige la culture du compromis et de l’échange de concessions réciproques, non de « coup d’Etat continu ».
Laurent Gbagbo peut avoir des défauts car nul n’est parfait, il n’en demeure pas moins qu’il est un chef d’Etat humaniste, ayant fait bonne preuve de cette culture du compromis depuis le début de la crise en 2002. C’est la raison pour laquelle son peuple l’aime et le protège. Seule la Justice immanente du Dieu vivant peut le soumettre à sa sentence.
Son sort ne peut être lié aux errements d’une Autorité Administrative affidée à l’extérieur.
 
Oui, prendre de force le contrôle d’une institution de la République est un coup d’Etat. User de la force pour obtenir un résultat que l’on voudrait certifier au nom d’un mandat « international » n’est rien d’autre qu’un appel d’air à la force et à la violence. C’est en tout cas faire la preuve d’une intention claire de s’approprier une nation indépendante à des fins nécessairement mercantiles.
Où est donc l’indépendance de la Commission Electorale et de quelle légitimité peut –Elle se prévaloir lorsqu’elle exclut d’emblée ceux qui constituent la preuve de la pluralité et de la divergence qui fondent le débat démocratique ?
Ce n’est pas ainsi que, je conçois la politique. Ce n’est pas cette vision irresponsable et égoïste que le credo de l’UDCY entend promouvoir.
 
Comment en effet qualifier autrement cette chienlit qui vient de s’installer par « la raison du plus fort »! Et pourtant on aurait pu éviter cette nouvelle pierre apportée à un édifice diabolique de sécession  sans fin qui fait de notre pays et de sa classe politique la risée de la communauté internationale.
En tout cas, ce n’est certainement pas en affichant aussi peu de considération pour la Côte d’Ivoire par des décisions inouïes  que l’on convaincra les autres pays africains d’être épargnés, leur tour venant... Certains se sont empressés de se faire la voix des maîtres, avant même que le gong eut sonné ! Vanité de vanités, tout est vanité.
 
Je voudrais prendre à témoin notre nation et ceux de la communauté internationale qui ont encore un sens moral, sur les vrais ressorts de cette crise ouverte par la CEI.
Si nous en sommes là, c’est parce que ceux qui semblent triompher aujourd’hui ont érigé l’ingratitude et l’accaparement en systèmes. Le bon sens semble avoir déserté les esprits aujourd’hui qui se sont empressés d’oublier la considération dont ils ont bénéficié de leurs adversaires et frères.
 
Accaparement, parce que le Président de la CEI a été pris en otage, esseulé pour des considérations partisanes, alors que son choix reposait sur sa probité, sa respectabilité et son expérience de diplomate averti. L’on voit mal quelle garantie d’indépendance on pourrait espérer d’un président dans des conditions de menaces, de promesses fallacieuses, tel un apprenti alchimiste que le destin a maudit. Comme Il le lui a été  promis, Il se repose de ses œuvres sur les bords de la seine.
 
C’est donc un vain triomphe, pire une victoire à la Pyrrhus, car obtenue en réalité par extorsion, contre notre Pays, au mépris absolu de l’Instance Suprême emblématique où le droit est dit une fois pour toute, pour y conférer le sceau de la légalité, au Nom du Peuple de Côte d’Ivoire, seul Maître détenteur et défenseur de la Souveraineté Nationale, selon la Constitution, texte sacré dans toutes les nations du monde.
 
J’en appelle donc à l’altruisme et au sens du devoir et du respect du serment, de chacun afin de mériter la considération et de la confiance de la Nation mourante, cette confiance qu’on ne saurait corrompre en aucune manière, et dont on ne saurait se séparer, comme la Sentinelle ne se défait de trompette au risque de mettre en péril tout un peuple dont il a la garde.
 
Parce que l’on n’en est pas très éloigné, le pire est à craindre.
Une nation divisée contre elle-même ne peut subsister.
Parlons-nous car trop de sang a coulé, de pauvres gens sont désemparés. Le désespoir règne et Noel la fête du Christ né pour apporter la Paix au Monde, devient sous nos cieux une triste appréhension de l’enfer depuis 1999.
Et l’interrogation demeure : sommes-nous toujours des frères, avons-nous les mêmes familles alliées ? Quel sang coule dans nos veines ?
Si nous sommes toujours des frères, alors parlons ensemble, bannissons la violence et sauvons notre patrie.
 
Que Dieu nous garde et nous conduise à la repentance !

Les commentaires sont fermés.